05/03/2016 – Du vent, du frais et 102km

102,3 km – 4:08:19 – 24,7 km/h moyenne – 862m D+

2016_03_05-09Après la sortie plus que laborieuse pour moi la semaine dernière, nous remettons cela en doublant quasiment la distance pour faire une belle sortie de 100km environ.
Au lever, à travers la fenêtre, c’est de la neige qui tombe. Oh pas de gros flocons et bien évidemment, ça ne tient pas sur les routes mais ça suffit pour augurer une sortie humide.

Puisque le départ se fera vers 12h00, je décide de changer mes pneus pour chausser mes nouveaux Hutchinson Intensive 2 reçu ce jeudi. On en reparlera sur le blog quand j’aurai fait quelques kilomètres avec.

Arrivé chez François à l’heure convenue, nous décollons en direction du Château de la Chasse avec une premier « petite » difficulté. Rien de bien méchant, on a l’habitude de la prendre mais avec la sortie de la semaine dernière cette côte a une saveur particulière comme un goût de test qui induira la suite de la sortie.

Ca tourne bien, je décide de ne pas forcer sur le jambes et passe tranquillement sur le 34 dents afin de travailler en souplesse.
Le ton de la journée va être vite donné. Une voiture, type Béhèmedoublevé de Wesh à casquette, nous double en nous frôlant de près, voire très près. Nous soulignons poliment l’infraction lorsqu’un bras surgit de la fenêtre passager de ladite voiture, nous gratifiant d’un magnifique geste technique dit « du doigt d’honneur« …
On éclate de rire en pensant que le gars, il est en tort, mais c’est lui qui n’est pas content. Le monde tourne à l’envers!

Nous poursuivons par la descente vers Bouffémont qui se passe bien. Le vent souffle fort en cette matinée mais nous avons la chance de voir sortir les rayons du soleil et les nuages se dissiper. Peut-être aurons nous un peu de chance cette fois-ci.

2016_03_05-10La Plaine de France… Bizarrement, elle déroule aussi celle-là malgré le vent. Mais comme nous papotons, cela doit passer plus vite!

Direction Villiers-le-Sec puis Mareil-en-France. Nous prenons le vent pleine face. On change de stratégie de roulage: le relais face au vent sera la plus efficace. Tantôt François tantôt moi… Même si je tiens à préciser que François prendra beaucoup plus de relais que moi et je tiens, ici, à l’en remercier.

La portion de Jagny-sous-Bois à Lassy puis Bellefontaine se passe vite et bien. Les jambes sont là même si je sens pour ma part que cela tire un peu quand même. Mais au final, quand je les sollicite, elles me répondent présent…

Fosses puis Survilliers avec son faux-plat montant. Je remarque que François roule tout en souplesse, sans force, on a une impression évidente de facilité et je décide de calquer mon rythme sur le sien.
Je tiens également à préciser que mon cher binôme a troqué sa cassette 12-30 pour une 12-25… C’est vous dire si dans la tête, il est fort!

Reprenons le fil de l’histoire. Arrivés à Plailly, nous faisons un bout de chemin avec un papa et son fils. Le Team Familial envoie du gras, le petit suivant sans broncher son père à un rythme tout à fait honorable.

A ce moment, les routes sur lesquelles nous sommes sont connues et re-connues. Mortefontaine, la forêt d’Ermenonville pour finalement débouler sur Thiers-sur-Thève et Pontarmé.

Ah! Pontarmé! On savoure quelques instants, les quelques mètres sur la D1017 avec le vent dans le dos. Le bruit du pneu qui file sur le bitume, l’absence de sifflement du vent dans les oreilles…

REVEIL! parce que nous tournons sur la droite et rebelote, le vent dans la poire pour rejoindre Montgressin (et ses deux sublimes restaurants). Puis nous empruntons la Route Manon qui traverse la forêts d’Orly-la-Ville. Le revêtement est pourri, c’est recouvert de boue, c’est du faux-plat montant. On a l’impression  de faire du sur-place et pour couronner le tout, les jambes commencent à tirer… NOOOOOONNNN pas ça par pitié. Il reste encore la moitié à faire!

Bon allez, on se ressaisit, nous faisons hyper attention dans la descente vers Coyes-la-Forêt car il a plu et neigé et cette foutue neige a rendu la route un peu grasse.

Une fois sur la D118, je passe devant (pour une fois aujourd’hui!) pour entraîner mon binôme vers Lamorlaye. Ca roule facile aux alentours de 30km/h.

Lamorlaye puis Baillon pour rejoindre l’Abbaye de Royaumont et la D909 que nous emprunterons quelques centaines de mètres seulement.

Question métaphysique fondamentale.

2016_03_05-33

Pourquoi certaines portions nous donnent-elles l’impression de ne jamais nous être favorables?

Même quand on est en forme, il y a des tronçons qui sont là pour vous rappeler « Non! Jusqu’ici tu as été trop à l’aise! On va te faire redescendre de ton nuage ».

Et c’est ce qu’il se passe sur cette portion de D909 que nous quittons heureusement rapidement pour bifurquer sur la D922 en direction de Beaumont-sur-Oise.

François fait un travail magnifique en roulant au-dessus de 30 km/h, vent 3/4 face ce qui fait que nous atteignons vite la prochaine ville.

Quand tout à coup, erreur de GPS! Je me plante de route et nous devons modifier de peu le tracé pour récupérer le chemin sauf qu’il faut se taper un raidard. Un truc de derrière les fagots. Enfin!

La trace GPS récupérée, nous filons vers Presles par Nointel.

Encore un raidillon dans Presles! Sauf que celui-là me met à l’amende. François part devant tandis que je mouline gentiment. Bon  allez, c’est passé.

2016_03_05-37

L’isle-Adam, Mériel puis ZE difficulté du jour « parce qu’il faut bien se faire plaisir » dixit François.

La montée de la Gare de Mériel jusqu’à Villiers-Adam. Elle fait mal celle-la. Même si on la montait en costaud l’été dernier pendant nos sorties post-taf, là, elle crame.

François tourne bien les jambes et moi, je m’accroche. C’est bizarre, j’ai l’impression qu’il me manque un pignon car soit ça tourne pas assez, soit ça mouline trop. Tandis que François, lui, est constant.

2016_03_05-38

Constant oui, sauf qu’à partir du rond-point de la N184 qui marque le départ de la seconde partie de la montée, je m’aperçois qu’il était sur le grand plateau… P*****, j’ai encore du boulot avant de retrouver ma forme de la saison passée.

2016_03_05-39Mais j’arriverai quand même en haut avec les jambes qui tirent certes. Puis allez zou, descente sur Frépillon, Bessancourt et Taverny.

Avant de rejoindre notre point d’arrivée, dans un temps sur lequel je n’aurais pas parié la semaine dernière.
Les sensations étaient là, le plaisir de partager une sortie vélo sans pluie aussi.
Bref… On r’met ça la semaine prochaine?

2016_03_05-40

Tracé du parcours

Précédent

27/02/2016 – Reprise ou la déchéance du cycliste

Suivant

12/03/2016 – BRM 200km organisé par le Cyclo Club de Mours

  1. Bonjour les gars, dis voir FG, tu as fini de faire le difficile ? 😉
    plus de 24 de moyenne, avec un vent pourri, une route parfois pourrie, ben moi je signe de suite^^
    ils vont revenir les 27, 28 de moyenne, très vite… je ne me fais pas de souci pour toi.
    Bravo quand même à François, belle condition pour ce début de saison… ça promet un duo supersonique quand les deux seront au top de leur forme^^

    • FG

      Hello Gérard. Non je ne fais pas le difficile, je suis même plutôt content de cette sortie 🙂 mais j’avoue que je ne pensais pas perdre autant durant l’hiver. Manque de maintien en condition 😉
      François est hyper costaud, il faut avouer et ça permet de motiver la troupe à pouvoir le suivre 😉
      On te dit à la Tabernacienne pour l’inscription

  2. On sent que ça revient ! J’ai presque envie de dire, le plus dur est fait ! Car le plus dur, c’est d’inverser la spirale négative en spirale positive. une fois qu’on arrive à retrouver un peu d’allant, les jambes vont mieux, le moral va avec, l’envie aussi… et c’est r’parti comme en 40.
    Attention à bien varier les parcours, ne pas trop souvent retomber sur les même difficultés pour toujours arriver au sommet en se remémorant les passages de la saison passée alors que vous êtiez au sommet de votre art ! Il est tôt dans la saison et c’est complètement normal de roulotter tranquillou à ce stade ! Y’aaaaa l’temps 🙂

    • FG

      Salut Baptiste. Tu as clairement raison: transformer la spirale négative en positive, ce n’est pas le plus facile mais ça se fait correctement. On avance petit à petit, on augmente gentiment les distances en sachant que par chez nous, le vent souffle fort en plus en ce moment. 🙂
      Allez on se précipite pas et on va la retrouver la forme 😉
      Merci pour tes encouragements en tout cas 😀

  3. Même si tu trouves difficile, on est en tout début de saison, et les km tu les as dans les pattes, ça va vite revenir !

    • FG

      Oui tu as raison, c’est ce que je me suis dis aussi. Je sais qu’il ne faut pas en vouloir trop tout de suite (même si niveau distance on a fait un peu fort LOL) mais je suis comme ça, j’aime bien avancé 🙂
      Bizzzz

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén