27/09/2014 – Du côté de chez Asterix

99,73km – 3:51:08 – 25,9km/h – 975m D+

La team sur la routeAh enfin le plaisir de rouler à nouveau à deux après cette trêve estivale qui avait vue, à mon binôme et à moi-même, nos chemins se séparer, pour quelques semaines bien évidemment…

Cette sortie, nous l’avons voulu un peu hard, pas trop smooth… Ou plutôt, nous aurions dû la faire un peu smooth, pas trop hard puisque François n’avait pas fait de vélo depuis 3 semaines me semble-t-il… Enfin il me corrigera dans le commentaire si je me trompe.

Pas trop hard, disais-je, mais ce n’est pas vraiment ce qui nous attends sur ce parcours pas forcément grimpant (il n’y a qu’à voir le D+) mais pas forcément roulant non plus!

3…2…1…0… GOOOOooooooooo!

Nous voici parti pour une petite tournée dans le Val d’Oise et l’Oise qui nous mènera aux Étangs de Commelle et au Château de la Dame Blanche.

Montée de DomontPremière difficulté après quelques kilomètres seulement. Une belle grimpette comme on les aime. Elle attaque directe, celle-ci, pas de trêve, pas de répit, ça grimpe dans le dur dès le départ sur la D144 avec du 7-8% et quand on arrive en haut, c’est comme PAIC Citron. Vous vous souvenez de la pub? « Quand y’en a plus, y’en a encore! »

Et bien là c’est pareil. Au croisement de la D144 et de la Rue de Jaigny, il y a un replat… de 100m à peine avant de repartir dans les pourcentage de 7%. Un virage à droite, un virage à gauche et ensuite au feu de la D144/D124, c’est à gauche.
Une trêve de quelques centaines de mètres sur du plat pour reprendre le pourcentage, pus faible cette fois-ci (6%). Un beau lacet sur la gauche et nous arrivons dans la forêt de Domont.

François, à ce moment, me dit: « Punaise, t’y vas pas de main morte. On en prend plein la poire, dès le départ! ». Il fait chaud, il fait beau et nous sentons bon le sable chaud… Euh enfin un peu la sueur quand même aussi, vu la température.

Nous roulons ensuite paisiblement sur la D124 pour rejoindre le centre ville de Domont et sa belle descente qu’il ne faut pas, mais alors pas du tout, faire à fond tellement la route est dégueulasse et recouverte de gravillon sauf si, bien évidemment, on veut avoir les coudes et les genoux qui ressemblent à des pizzas 4 saisons! Prudemment mais sûrement nous rejoignons la Rue Jean Rostand puis la D11 pour gagner le joli village de Moisselles.

Nous n’avons pas l’habitude de passer par ce chemin et cela nous fait du bien de prendre des routes presque pas connues.

Après avoir coupé la Francilienne pour rejoindre la Plaine de France et ses secteurs à dalles béton, nous prenons la D26 et Villiers-le-Sec puis la D9 pour monter sur Mareil-en-France et Châtenay-en-France (avec son château et son orangerie). Ça grimpe pour y arriver mais la partie suivante est plus roulante.

Nous allons commencer à ramasser notre galette sur la D10 pour récupérer Marly-la-Ville car le vent est pleine face et surtout le revêtement est d’une pourritude extrême: granuleux, on a l’impression de soulever 1 tonne à chaque tour de manivelle. Enfin…

DCIM100GOPROAprès un passage dans la ZAC de Marly, nous empruntons la D16 sur laquelle nous faisons effort de rouler en relais, toujours avec un vent défavorable.

La D10 nous fait rouler à bonne allure sur Saint-Witz puis sur Plailly avec une belle descente (attention toutefois aux nid-de-poules qui peuvent se révéler dangereux).

DCIM100GOPROPlailly, Mortefontaine et l’étang de Valières. Cette portion jusqu’à Pontarmé est roulante même si elle alterne les montées et les descentes. On roule bien, il fait bon et c’est plutôt cool.
Les jambes de François tiraillent un poil mais les miennes sont plutôt bonnes. On verra par la suite.

Ah oui j’oubliais, à ce moment, nous roulons juste derrière le Parc Asterix. On ne voit rien à cause de la forêt mais on entend.

La route qui nous guide jusqu’à Montgressin est également roulante et ce qui est drôle, c’est que la vitesse est plutôt haute (32km/h) mais on parle de tout et de rien comme si de rien n’était. C’est sympa de faire une sortie comme celle-ci.
A la sortie de Montgressin, nous allons quitter les axes routiers dangereux pour des routes forestières carrossées et carrossables presque sans voiture. François ne connaissait pas ce coin et me fait remarquer que c’est plutôt cool comme endroit. Nous filons droit sur les étangs de Commelles et le Château de la Dame Blanche.

La visite fut de courte durée car nous ne nous arrêtons pas. Une fois entrés dans Coye-la-Forêt, nous partons en direction de Lamorlaye pour rejoindre le Lys de Chantilly. Même si ce segment est chargé en véhicule, nous n’y restons pas longtemps vu la vitesse à laquelle nous roulons.

Le LysLe passage dans le Lys est, comme à l’accoutumée, génial. Pas de vent, des voitures qui ont l’habitude des cyclos. Nous enchaînons les kilomètres pour bifurquer à gauche sur la D909 avant de passer devant l’Abbaye de Royaumont. Sur cette portion, nous doublons un autre cyclo qui nous sucera la roue pour nous quitter… 50m plus loin.

Les routes qui bordent l’Abbaye sont d’un calme. On discute de tout et rien (encore!!). Qu’est-ce qu’on a pu jacter sur ce trajet, quand j’y repense.

DCIM100GOPRONous rejoignons Chaumontel par la Route de Baillon, très ensoleillée avec un magnifique paysage.
Vous remarquerez que je ne parle quasiment pas de vitesse, instantanée ou moyenne, car nous n’y prêtons guère attention sur cette sortie. Et ça, ça soulage aussi.

Pour la suite, nous allons enquiller 3 difficultés quasi coups-sur-coups. La Montée de Viarmes  tout d’abord que nous négocierons sans réel problème, dans la roue de l’un et de l’autre. 2014_09_27-Asterix35Puis la Montée de Chauvry (D192P) avec son revêtement moisi et ses pourcentages maxi de 10%. Arrivés en haut, nous re-descendons pour remonter instantanément par la Clairière des Sapins Brûlés (pour ceux qui suivent ce blog, vous devez savoir de quoi on parle, tellement nous en parlons!!) et ses 9% maxi.

Une fois en forêt de Montmorency, la descente se fera pas le côté Saint-Leu-la-Forêt. Dangereuse sur sa première partie en raison des épingles et des trous qui jonchent le sol, la deuxième partie, refaite, est beaucoup plus roulante et vous pouvez allègrement faire mordre les freins pour prendre de belles courbes.

Le retour par Saint-Leu se fait simplement en passant par les zones pavillonnaires pour éviter la circulation.

Au final, 99,73km à 25,9km/h. Sortie bon enfant, avec beaucoup de discussions pour rattraper le temps perdu des vacances.

On se prend même à rêver d’aller manger de la planche des Belles Filles et du Grand Ballon d’Alsace.
Qu’est-ce que c’est bon…

Précédent

Le col de Peyresourde et le col d’Aspin en vidéo !

Suivant

19/10/2014 – Ca Pro-Grasse… avec difficulté!!!

  1. Encore une belle moyenne, et une belle sortie malgré les portions bitumées/cimentées absolument dégueulasses… impossible à bien passer à moins d’avoir des chaussettes en titane !
    Question: quand on zoome sur vos photos, on peut passer de l’une à l’autre, mais j’ai pas trouvé comment fermer la fenêtre pour pouvoir poursuivre la lecture???

    • FG

      Hello Baptiste. Oui les portions pourries sont légions chez nous mais rien d’insurmontable 😉
      Pour les photos, il te suffit de cliquer ailleurs sur la page pour fermer la fenêtre. 😉

  2. franco

    bon d’accord celle là elle est facile mais il faut que je la fasse!!!
    vous êtes tout sauf des mickeys…
    sinon sympa les retrouvailles je comprend parfaitement que vous ayez des choses a vous dire ,de là a le faire a 26 kms heures c’est fou quand même ,vous avez des oreillettes ou bien !!j’aime bien une des 1ere photo où tu a l’impression d’être au milieu de nul part,
    bon par contre en bas de CR je ne lit pas le rêve d’un ventoux???
    Mais bon c’est bien les projets fusent et ça fait avancer le schmilblique
    pour info car je ne pense pas faire de cr ce coup si belle ballade pour moi dans le vercors samedi avec 162 kms pour 2800 d+ quasiment 2 ventoux encore mais avec des jambes moins bonnes grrrrrr

    • FG

      Non pas d’oreillettes lol… Mais on a bien envoyé pendant cette sortie, c’était vraiment très sympa.
      Pour le Ventoux, il existe des rêves accessibles et des rêves accessibles après entrainement. Le Ventoux, c’est un peu pour moi un Graal, quelque chose de si mythique que quand tu le fais pour la première fois, ça devient un moment fort de ta vie.
      Donc rêve de Ventoux, oui mais entraînement avant… Toujours la tête sur les épaules le FG 😉
      Jolie sortie pour toi mon Franco. 2800m D+ ça laisse rêveur.

  3. franco

    faut pas trop se poser de question ,a voir vos moyennes vous avez largement un ventoux dans les jambes par sault aprés bedoins ou malaucène faut serrer un peut plus les dents mais rien n’est inaccessible vous avez 8a9 mois pour plancher :::: je vous attends

  4. Lamorlay, Chantilly, Marly la ville, Compiegne, la dame blanche, que des coins que je connais, ça me rappel mon enfance !
    Je vois que tu fais l’acrobate pour faire des selfies, fais gaffe de pas tomber, ahah!

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén