01 et 11/11/2015 – Deux sorties pour le prix d’une

2015_11_11-SOLO-01Il y en a des choses à dire… Peu de sorties depuis le Toboggan Meudonnais le 18 octobre dernier pour cause de lassitude mais aussi d’emploi du temps.

Si François n’a pas repris le vélo depuis, pour ma part, je suis sorti 2 fois en quinze jours. Des petites sorties car la motivation n’était pas forcément présente mais de belles sorties tout de même.

01/11/2015 – 67,9km – 2:22:32 – 28,6 km/h moyenne – 539m D+

Ce jour-là, j’ai pris le vélo pour me dérouiller les jambes. Pas de pression, pas de challenge… au début, tout au moins.

La seule contrainte imposée, c’était de ne pas passer le petit plateau de 34 dents à cause de mon dérailleur défectueux. Je suis en attente de réception de la pièce mais le soucis, c’est qu’en passant le petit plateau, j’ai peur de ne pas pouvoir repasser le grand et d’endommager un peu plus la machine.

Parti en début de matinée, sans but, je serpente sur les routes du Val d’Oise et de l’Oise. Le temps est frais mais les genouillères Mavic (dont je parlerai plus tard dans un article!) remplissent bien leur rôle. Le soleil pointe même le bout du nez et je m’élance en direction de Domont pour grimper la Côte du Château de la Chasse. Grand plateau, j’enroule en faisant attention à pédaler rond.

Et oui, ce n’est pas parce qu’on roule pour le plaisir qu’on ne peut pas travailler sérieusement.

Elle se passe assez facilement sur le 50-23 puis une fois au sommet j’amorce la descente sur Bouffémont et Attainville. Les mains dans le cintre et toujours concentré sur le pédalage, je fonds vers la Plaine de France que je rallie dans un temps très convenable.

2015_11_11-SOLO-02

J’ai vraiment l’impression d’être en forme.

Allez, D909 en direction de Viarmes que je quitterai pour tirer du côté de Saint-Martin du Tertre et me faire un petit plaisir: prendre la côte de St Martin dans le sens inverse. Pour une fois.

Je ressens à ce moment la fraîcheur de la forêt et me retrouve rapidement dans le brouillard une fois entré dans Beaumont-sur-Oise. L’Oise (rivière) étant proche et encaissée, c’est normal… Sauf que j’ai oublié ma lumière arrière et il faudra donc faire très attention aux automobilistes.

Dans Beaumont, je suis la direction Boran-sur-Oise, les sensations sont excellentes et les jambes sont là ce qui fait qu’une fois sur la D929 que je ne quitterai plus jusqu’à Neuilly-en-Thelle, j’appuie sur les pédales. La moyenne est assez vertigineuse pour moi puisqu’à ce moment je suis au-dessus des 29 km/h de moyenne.

Cette route est une succession de bosses courtes mais pentues… Pas question de passer le petit plateau donc beaucoup se passent en force.

Arrivé à Neuilly-en-Thelle demi-tour, j’ai des impératifs horaires pour le retour à la maison.

2015_11_11-SOLO-03

Je reprends la D929 dans le sens inverse et, vent de dos aidant, je file sur Beaumont-sur-Oise puis L’Isle-Adam. Toujours mains dans le cintre, je reste concentré sur la route et le pédalage.

Au pied de la fameuse côte de Méry, le compteur indique que je suis à 29,5 km/h moyenne et je sais que malheureusement, ce sera mon maximum aujourd’hui!

Attaque donc de la côte sur le 50-17, ça tourne bien. Je double un couple en tandem. Puis j’aborde le premier passage un peu raide, je remonte sur le 23 dents à l’arrière jusqu’au replat et le raidillon (7%) de la voie ferrée.

Juste avant celle-ci, je rejoins un VTTiste qui mouline sur son petit plateau (30 dents, je pense). Obligé de rester dans sa roue à cause des voitures qui nous doublent, je le passe en lui disant bonjour. Et quand il s’aperçoit que je suis sur le grand plateau, il me dit: « Chapeau! Impossible pour moi! »

Le retour est traditionnel: Bessancourt, Taverny, Saint-Leu et Saint-Prix…

Au final, une sortie courte mais intense que je boucle à la vitesse la plus rapide de la saison. Preuve que le travail paie…

11/11/2015 – 74km – 2:43:23 – 27,2 km/h moyenne – 620m D+

Une nouvelle sortie courte car toujours ce problème de dérailleur avant. Comme la sortie précédente, pas de pression et travail sur le 50 dents… On ne change pas une équipe qui gagne.

2015_11_11-SOLO-05Départ toujours par la côte du Château de la Chasse, le soleil est encore de la partie et il fait moins frais qu’il y a 15 jours. Je roule à bonne allure mais ne croise aucun cyclo. Bizarre! D’habitude les jours fériés, ça pullule sur cette route.

Montée encore une fois assez facilement (montée à 22,2 km/h le 1er novembre, j’arrive au sommet cette fois si en 23,4km/h!). Je repars par Bouffémont, Attainville et la Plaine de France. Il y a du vent, mais pour le moment, je l’ai dans le dos… Le retour sera donc plus difficile. Mais ça fait partie du jeu.

2015_11_11-SOLO-06

Les sensations sont encore au rendez-vous et ça roule bien. La descente de Viarmes se fait à belle allure. Et comme le Tour de France 2016 devrait y passer pour la dernière étape, ils sont en train de refaire la route. On va se régaler l’année prochaine!

Viarmes puis direction Gouvieux par le Lys. Toujours cette vieille portion en faux-plat montant, c’est usant mais ça passe bien pour une fois. J’attaque ensuite la descente sur Précy-sur-Oise, une superbe route dans la forêt, c’est magnifique.

2015_11_11-SOLO-07

C’est maintenant que le parcours se corse. Je suis au niveau de la rivière et mon point « milieu de parcours » se situe sur le plateau de l’autre côté. Je vais donc affronter une côte que je n’avais jamais prise: la montée de Crouy-en-Thelle. 1,7km de montée en lacets avec vue sur l’Oise mais à 5% de moyenne. Alors sur le grand plateau, forcément, ça laisse des traces!

Au final, elle se grimpe bien en profitant du paysage, seulement une fois en haut, c’est eul plateau, comme on dit en picard. Et là-haut, ça souffle! Cela ne serait pas gênant, si le vent était favorable mais là, c’est tout le contraire.

2015_11_11-SOLO-08

Je lutte pour arriver à Crouy. A ce moment, je suis à 32km du départ et ma moyenne est de 29,9km/h. Pas mal! Mais elle va redescendre tout aussi vite…

J’atteins Neuilly-en-Thelle puis traverse Fresnoy-en-Thelle pour arriver à Chambly.

2015_11_11-SOLO-09

A partir de là, c’est vent de face en permanence. Qu’est-ce que c’est pénible! Mais voyons le bon côté des choses: si on appuie avec le vent de face, on réussira à faire mieux sans vent!

A Chambly, je récupère Ronquerolles pour dérouler jusqu’à Champagne-sur-Oise puis Parmain. C’est dur, je l’avoue honnêtement!

Je réussis à rejoindre Auvers-sur-Oise puis Méry où j’attaquerais la montée sur le grand plateau et que  je finirais… sur le grand plateau. Encore un défi de réussi.

2015_11_11-SOLO-10

Je rentrerai chez moi avec un 74km dans les jambes en moins de 3h, ce qui est plutôt pas mal!

Comme il faut toujours une petite conclusion, je dirais que le fait de ne travailler que sur le grand plateau permet d’appréhender certaines portions connues par coeur différemment. Là où on s’économise par moment, on se sent capable de passer en force. Sur d’autres portions, plus pentues, on se dira, arrivé en haut, que ce n’était pas si difficile.

2015_11_11-SOLO-11

En tout cas, deux petites sorties courtes mais très sympa, il ne manquait qu’une seule chose: mon Binôme…

Précédent

[TEST] LUNETTES CYCLE SMITH OPTICS PIVLOCK V2 MAX

Suivant

Tout savoir sur le braquet et le développement

11 Commentaires

  1. Et oui, le travail paye, et je dirais pour vous la team vos sorties d’après taf qui il me semble sont plus ou moins un plus de cette année. i y a de suite une grosse différence quand on roule la semaine, même brièvement, en plus de la sortie plus ludique du week-end. ces moyennes, il me semble, c’était à deux il y a peu, alors là seul . Bravo

    • FG

      Salut Gérard. Merci pour ton commentaire. Oui j’avoue que les sorties de la semaine on été un gros plus cette année. Ca a été bénéfique 🙂
      Et toi, comment te remets tu? 😉

  2. C’est clair! tenir ces moyennes seul alors qu’à 2 tu te motives, c’est top ! je dis encore bravo (et en plus sur grand plateau) 🙂
    Je suis toujours admirative de voir ces vitesses !! quand je vois les gars pédaler et me doubler, j’ai en plus l’impression qu’ils le font sans forcer 😉
    Dis moi l’expert, comment tu fais pour savoir d’office sur quelles dents tu es ? moi j’en suis bien incapable (et je ne sais même pas combien de dents ont mes pignons …)

    • FG

      Salut Léna. merci pour ton commentaire 🙂 Pour la vitesse, j’avoue que, comme je le disais à Gérard, les sorties de la semaine cette été ont été bénéfique mais il faut concrétiser en 2016 😉 Et pour ma part, je t’assure par moment je force 😀
      Pour le nombre de dents, en fait, c’est simple. Déjà quand tu achètes une cassette, le nombre de dents est indiqué dans la notice… En temps normal d’origine, les cassettes sont des 12-23 ou 12-25.
      Ensuite pour savoir sur quel pignon je me trouve, c’est à force d’habitude. Il faut juste avoir des repères sur sa cassette… 😉 je t’envoie un mail si tu veux pour t’expliquer plus en détail 🙂

  3. Ouah, quasi 30km/h sur 69km c’est chouette ça !!! Bravo. Le travail paye, c’est l’évidence même, et en voici la preuve. Et comme tu dis, ça permet de voir des sections de routes un peu ‘barbantes’ car trop habituelles sous un angle nouveau. J’aime bien ton commentaire au milieu de la première ballade ‘je crois que j’ai la forme’……. ahah ouais, ça s’est confirmé ! Bravo.
    Mais vas donc rameuter ton compère cyclo là, c’est quoi cette histoire…. le team va pas splitter hein 😉

    • FG

      Hello Baptiste. Merci pour ton commentaire. J’avoue qu’en ce moment, j’ai la forme en espérant que cela me tienne jusqu’en 2016 hahahaha 🙂

      Non t’inquiètes on splitte pas mais François a quelques menus travaux à faire dans sa maison et profite de cette fin d’année pour tout fignoler 😉 donc promis, on reprends bientôt la route ensemble. 🙂

    • Salut Baptiste !
      Il se trouve que la fin de saison a été pénible pour moi… Je l’avoue. Deux choses se sont additionnées : 1) la fatigue liée à des évènements dans ma vie et les efforts physique de la saison (où j’ai surement le plus roulé )
      2) la fatigue mentale du changement de saison (fréquent chez moi) liée aussi à la lassitude de rouler sur les mêmes routes tout le temps. (+ le stress de mon boulot qui doit me pomper aussi beaucoup d’énergie…)

      Tout ça a fait que je ne veux plus pour le moment reprendre de force le vélo. Je laisse le temps passer quitte à courir où nager et faire un peu d’enduit et de peinture !!!
      Je suis certain que cette pause va me faire du bien.
      A bientôt.

      • No pressure François !!! Take it easy, le vélo ça reste secondaire !! Du repos, du repos, du repos. Et puis de toutes façons c’est le moment de couper ou du moins de réduire le kilométrage, donc no souci…
        Bon courage pour surmonter ton coup de pompe et les petits soucis du quotidien !!!
        A+

  4. franco

    salut le team !
    ben ça va. il te reste encore du jus en cette fin de saison, heureusement que la motivation n’y était pas hein !!
    mais bon je peut le comprendre ,c’est bien aussi de prendre le temps de recharger les batteries,pour mieux rebondir..enfin je dit ça …étant artisan dans la rénovation je ne m’accorde rarement un répit ,la preuve mercredi ou j’avais 2 heures devant moi j’ai vite grimpé sur mon vélo pour faire la piste cyclable a fond histoire de me vider la tête et le reste des jambes ,alors go go profitons de chaque moment ….

    • FG

      Helloooooo Franco… Oui encore un peu de jus mais parfois la motivation n’y est pas et puis tu sais ce que c’est lorsqu’on arrive sur la fin d’année, il y a de gros excès gastronomiques qui se profilent 😀
      Je suis comme toi, dès que je peux grimper sur le vélo pour aller mettre quelques tours de roues, j’hésites pas…
      Et toi, comment ça va sur le vélo? 🙂

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén