13/06/2015 – La Côte de Silly (Oise) en solo

129,8km – 5:01:09 – 25,9km/h moyenne – 1230m D+

La route est longue!Par où commencer… Cette sortie solo devait être à la base une sortie en binôme mais dû à un imprévu (heureux!), François n’a pas pu être présent.
Mais c’était sans compter sur un déboire automobile qui le fera rester sur la région ce samedi. Ceci fera que nous ferons tous les deux une sortie ce samedi… mais chacun de son côté.

Pour ma part, j’ai souhaité monter un peu en kilométrage.
Pour cela, j’ai pris un parcours déjà effectué (Escapade en Picardie #1 et #2) et je l’ai inversé puis j’y ai greffé un autre parcours (Ballade en Pays de Thelle). La liaison entre les deux est nouvelle: des routes jamais roulées et une belle découverte niveau grimpette.

09h45, c’est le départ. Il fait déjà chaud par chez nous, aux environs de 20°C et le vent est plutôt faible. Cela augure une belle sortie sympatoche comme tout.

OiseDirection Saint-Leu-La-Forêt par la rue de Paris où je me fais doubler par un cyclo assez affûté tout équipé en Bianchi (vélo et tenue). On papote un peu sur quelques kilomètres. En fait c’est un triathlète qui fera aujourd’hui 80-90km. Nous nous quitterons à Frépillon, chacun faisant son chemin.

Ce moment a été propice à l’échauffement avec un bon déroulé de pédale et une cadence avoisinant les 90-95 tours/min, histoire de faire monter la machine en température.

En se quittant, je file vers la descente de Méry-sur-Oise puis après avoir traversé l’Oise, je tire sur la droite en direction de Butry-sur-Oise sur la D4. Je roule vraiment en souplesse entre 28 et 30km/h, le but du jeu étant de faire tourner les jambes.

IMG_3398_1

Je laisse Butry derrière moi en prenant la D151 vers Valmondois  puis Nesle-la-Vallée, Frouville et Messelan. Pas trop de voitures, il ne fait pas encore trop chaud, bref c’est le pied. Tranquillou, je suis à mon rythme.
Après le passage devant le hara de Messelan, j’attaque une première côte. Passage sur le 34 dents et derrière sur le 21, je la monte, pour une fois, vraiment tranquillement, à croire que les deux dernières sorties où j’ai ramassé ont vraiment servies à quelque chose.
Je me rends compte sans vraiment m’en rendre compte que je suis déjà arrivé en haut. Bon d’accord, c’est pas le Tourmalet cette montée, mais sur une moyenne de 2km, on avoisine les 5% de moyenne.

La descente sur Arronville se fait à la vitesse d’un cheval au galop sauf qu’il faut faire très attention au nouveau ralentisseur que la municipalité a fait installer juste au milieu. Il se négocie bien et hop, ça continue…

Haravilliers et son église

Haravilliers et son église

Je poursuis sur Haravilliers, avec son faux-plat montant et son vent en pleine face. C’est à ce moment que je prends toute la mesure de la force du vent. S’il n’y en avait quasiment à mon départ, il faut avouer qu’il vient de se lever. Orienté ONO puis plein Ouest, je vais me le bouffer sur le retour.
Passage à Haravilliers, on prend un chtite photo de l’église qui menace de tomber et zou! on décroche sur Berville.

Vent dans le dos (pour cette fois!), Berville est vite atteint à une vitesse honorable de 32km/h. Epingle à cheveux dans la descente (casse-gueule) puis je file vers la D105 qui me ramènera à Hénonville toujours avec le vent de face. La route étant bonne, ce n’est pas trop gênant au final.

Villeneuve-les-Sablons est ma prochaine étape. Revêtement toujours aussi pourri pour cette portion de D6 mais le vent aidant, là encore, je n’ai pas trop de mal à atteindre ma destination. Je me sens bien, ça roule, le vent est tantôt favorable, tantôt défavorable mais je m’y accommode.

Les 11km séparant Saint-Crépin-Ibouvilliers de La Neuville-Garnier se passent bien, je pense à m’hydrater souvent, je mange un petit quelque chose à intervalle régulier. Le moral est bon car je sais qu’il y a une belle descente façon « Alpes » avec de grands lacets en sous-bois avant d’arriver à la D2 où, normalement (!!) j’aurai le vent dans le dos pour tirer vers Auteuil.

Et tout cela se vérifie… La descente: au top même si le revêtement est un peu usé et la portion Berneuil-en-Bray / Silly-Tillard se fait à une vitesse impressionnante (pour mon niveau en étant tout seul) puisque le Garmin ne descend pas sous les 33km/h.
Je récupère la D505 pour partir vers le sud et attaquer la nouvelle grimpette que je viens de découvrir.

IMG_3419_1La montée est belle. La route est propre. Cette côte fait environ 2km de long et ne passe pas sous les 7-8% de moyenne avec un pourcentage beaucoup plus fort (12-13%) sur les derniers mètres. On passe dans les sous-bois où il fait bon et où il faut négocier une magnifique épingle à cheveux. Je me prends à cet endroit à rêver de grimper un col mythique des Alpes.

La suite jusqu’à Laboissière-en-Thelle est un peu compliquée à cause du vent. Souvent de face, la montée, bien que sympathique, m’a un peu chauffée les jambes. Je roule sans forcer car il reste encore « quelques » kilomètres avant l’arrivée et vu les difficultés sur les 15 derniers kilomètres, il faut s’en garder un peu sous la pédale, comme on dit.

Surtout qu’avant Laboissière-en-Thelle, je passe par Parfondeval et sa montée qui oscille en 4 et 7%. En arrivant au sommet, je m’aperçois qu’il y a des banderoles avec la ligne « MG » du Meilleur Grimpeur. Ouh, je crois que je suis sur le parcours de La Ronde de l’Oise qui se déroule sur 5 jours et qui réunit des grosses équipes.
Cela se confirmera quand je croiserai  des voitures Europcar, Team Bretagne-Séché… J’espère franchement que je ne vais pas me retrouver en plein peloton…

Pour en revenir à la montée de Parfondeval, elle se passe plutôt bien. La cassette 12-27, pour le peu qu’on ait quand même des jambes, est vraiment magique comparée à mon ancienne 12-23.

Je suis à présent sur la D125 qui relie Andeville à Esches. Là encore, je vois beaucoup de panneaux pour la Ronde de l’Oise ainsi que des gendarmes qui ont la gentillesse de me faire passer les feux au rouge pour ne pas que je m’arrête. Sympa les gars et bonne journée car vu la chaleur, ça va être coton.

La vitesse diminue un peu à cause du vent et des montées. Je suis passé de 27,7 km/h avant la côte de Silly à 26,9km/h en arrivant à Esches. Enfin, c’est pas grave. On roule pour le plaisir après tout.

IMG_3426_1Je continue sur la D924 qui m’amène à Chambly. A ce moment, les cuisses chauffent vraiment pas mal et ça commence à tirer. C’est sûrement dû au changement de position de ma selle (à cause de mes déboires de la semaine dernière). Je sens que je gagne en puissance mais niveau musculaire, je dois certainement m’y habituer.

Passage au dessus de l’A16 pour repiquer vers Ronquerolles sauf que je ne sais pas ce que j’ai fait avec la trace GPS, mais je repasse sous l’autoroute un peu plus loin et  je suis obligé de me coltiner la D1001 (ancienne N1) où les voitures roulent vite. Je serre les fesses et je tire sur les pédales. La vitesse moyenne reste aux alentours de 26 km/h.

Une fois sur la D4, qui longe l’Oise, c’est le calvaire. Le vent de face s’est véritablement levé et les rafales sont fortes. Je me fait doubler par un cyclo qui me passe comme une balle… Oui, bon, je crois que j’ai les jambes en granit. J’essaye juste de maintenir une cadence qui me permet d’être aux alentours de 26-27 km/h.

Je continue jusqu’à Parmain puis Valmondois et Butry-sur-Oise. Ca y est, j’attaque les derniers kilomètres qui seront les plus éprouvant.

Arrivé à Mériel, je rejoins la D9 pour entamer la grimpette jusqu’à Villiers-Adam. Elle monte toujours autant celle-là. Il fait chaud, je tourne bien les jambes sur le 34-25. Je me surprends à ne pas passer le 27 à l’arrière et même à descendre sur le 21 ou le 19 quand ça replate (j’adore ce mot, piqué à Cestdurlevélo). Les jambes tirent mais franchement, je suis étonné de ma résistance musculaire.

Puis une fois en haut, je récupère la D44 que je quitte rapidement pour entrer dans Béthemont-la-Forêt. Et je vous assure, on re-grimpe fort (8-9%). Je suis quasiment à l’arrêt mais on grimpe petit à petit jusqu’à la route de la Croix-Frileuse qui me fait rejoindre Chauvry avant d’attaquer l’avant-dernière difficulté: la montée de Chauvry et ses 11%. Mais là encore, malgré la fatigue et la chaleur, je la passe beaucoup mieux que les deux dernières semaines. Je suis satisfait.

Passage par la Cuvetta de la Muerte qui se passe aussi tranquillement que les autres. Encore une fois, je suis content.

Je bouclerai mes 129 km en 5h. Je suis vraiment satisfait de ma matinée… Prochaine étape: pourquoi pas un 160? A voir avec le binôme!

Tracé du parcours

Précédent

07/06/2015 – Vétheuil ou quand tout va mal…

Suivant

21/06/2015 – Les Boucles Dyonisiennes en Solo

12 Commentaires

  1. Bonsoir, et bien dis donc, pas mal du tout ça en solo et contre le vent…
    Tu m’étonnes que ça doit te changer de passer du 23 au 27 à l’arrière, surtout si tu allonges les distances, c’est bien utile de mouliner, et sur la durée c’est pas forcément moins efficace,

    bonne route au binôme

    • FG

      Hello Gérard. Oui ca change enormement et tu as raison, c’est agréable de mouliner. On va voir sur la durée ce que cela donne…

  2. Punaise ça te fais une belle boucle, et une belle moyenne ! Même si c’est pas le plus important, bien sur.
    AHah oui heureusement que ça replate des fois, sinon on atteindrait la lune 🙂
    Bien joué, on sent que tu accumules des bornes en ce moment et que la forme est au rendez vous !!! Il serait grand temps de relire quelques ‘anciens’ articles pour mesurer deja le chemin accompli !!! Ca me rappelle il y a quelques années quand faire 90-100km c’était THE sortie de l’année. Comme quoi le corps peut s’habituer à des choses magiques, tant qu’on l’y prépare doucement 🙂
    Bon sinon pour le souci de véhicule, j’espère qu’el dobloche va bien quand même??? :=)

    • FG

      Le terme replate à chaque fois que je le lis, je me marre 🙂 je viens de relire les anciens articles comme tu l’as dis et effectivement, de l’eau est passé sous les ponts car maintenant on est souvent au-dessus de 100km et avec un peu de D+. El Dobloche va bien c’est l’autre voiture de François qui a eu un soucis me semble t-il.

  3. Salut l’ami !!
    Ca c’est une belle sortie! Et finir par Chauvry et la forêt de montmorency ça arrache.
    Je vais devoir m’accrocher ce weekend pour tenir la cadence… Je vais arracher le bitume derrière toi!
    Tu me tiens au jus pour le jour de sortie ?

    • FG

      Salut Binôme… Je confirme finir par Chauvry ça gratte un peu mais bon tu connais. D’habitude, c’est moi qui arrache le bitume derrière toi mais faudrait un de ces 4 qu’on ait tous les deux la même forme pour pouvoir faire péter le chrono hahahaha…
      Pour la sortie de ce week-end, je te tiens au jus par mail 😉

  4. franco

    ah ah les sorties en solitaire ben tu t’en est même bien tiré dit donc ,sans véxer françois et sont abris ,par vent défavorable tu arrive a faire une bonne moyenne ,bien sur même si là n’est pas l’essentiel ,car le plaisir doit primer avant tout,bon si j’ai bien compris une belle balade se dessine pour samedi ,le binôme vas reprendre ses droits ,et ses belles habitudes, c’est toujours un plaisir de vous lire .

    • FG

      Honnêtement Franco, je suis très satisfait de ma sortie de samedi et je me dis que les séances où j’en ai pris plein la tronche ont sûrement servi à quelques chose lol.
      Je pense que dimanche sera propice à une autre belle sortie faut qu’on réfléchisse où l’on pourrait bien aller traîner les roues.
      En tout cas Franco, sache que tu es le bienvenu ici et que cela nous fait un plaisir sans cesse renouvelé de te lire 🙂

  5. ya de belles grimpettes en Picardie ahah !

    • FG

      Tu m’étonnes Eric. Il y a de quoi faire quand même un peu mais disons que pour faire plus de 1500m de D+ sur un parcours de 150 bornes, c’est assez compliqué. Mais on s’amuse bien quand même 😉

  6. Un peu étonné par les 1000m de D+, c’est vrai qu’avec le nombre de petites côtes, on n’a pas l’impression que ça grimpe vraiment, mais quand on ajoute le tout, on approche des 1000m !

    pour la distance et la moyenne, tu verras qu’à force tu vas y arriver; en RP tu n’as que le vent et la monotonie des paysages comme « ennemis » (j’avais fait Paris – Provins – Paris à plus de 27km/h et tout seul, dur dur psychologiquement).

    bon courage pour les prochaines sorties 😉

    • FG

      Salut Alex… Bah non faut pas être étonné car dans le nord de Paris, on arrive à trouver des belles grimpettes. Elles ne sont pas longues certes mais elles sont là. Quand on veut faire du D+ et bien on fait un parcours qui les prends toutes et voilà!
      En tout cas, pour le vent tu as entièrement raison. Il peut te faire craquer à n’importe quel moment 😉

      Bonne route à toi 🙂

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén