28/03/2015 – 150km? C’est fait…

152,3km – 6:18:33 – 24,1km/h moyenne – 1217m D+ 

28_03_2015_19Aujourd’hui, nous en avons des choses à raconter… L’objectif fixé pour ce premier trimestre 2015 qui était de faire une sortie de 150km dans la journée vient d’être rempli.

Commençons pas le début, ce sera plus facile. La date du 28 mars a été fixée à l’avance en fonction des contraintes d’emploi du temps de chacun. Seulement, la météo ne se montrait pas clémente dans ses prévisions pour ce jour-là: vent avec rafales à 50km/h, pluie, etc… Bref tout l’attirail pour remettre ce « défi » à plus tard. Nous avons donc décidé de ne pas nous laisser influencer et de voir la météo vendredi en fin d’après-midi.

Vendredi 27 vers 17h00, verdict. Ce sera de la bruine mais pas beaucoup de vent. Tout au moins au départ avec 14km/h annoncés mais plus de 30km/h dans l’après-midi sauf que pour une fois, le retour se fera avec vent dans le dos ou 3/4 dos. Bref, on tente le coup et le départ est donné à 09h30 samedi matin.

28_03_2015_2Après une préparation express du vélo vendredi soir (changement des patins un peu usés pour moi et changement des pneus pour François), nous nous retrouvons devant chez les parents de mon binôme. Un p’tit Nespresso et hop, c’est parti! What Else!!!

Certes, il bruine, ça mouille mais la météo agricole (plus précise que météo france!) a annoncé une embellie à partir de 10h00. François a opté pour le cuissard court et moi pour le corsaire malgré les 9°C. Le K-way étant bien évidemment de mise dès les premiers tours de roues.Kway de rigueur...

Concernant la préparation de la sortie, nous sommes tous deux équipés de nos sacs légers avec de quoi réparer les crevaisons, les casses de chaines et autres petits soucis. N’oublions pas non plus le ravitaillement avec les sandwichs…

La vitesse moyenne ne sera pas travaillée avant les 20 derniers kilomètres et ne sera même pas regardée, qu’on se le dise.

Nous prenons donc la direction de Saint-Leu-La-Foret par la D502 puis Taverny et Pierrelaye par la D409. Les braquets sont petits et ça mouline pour tourner les jambes, cela permet de chauffer un peu les cuisses.

Passage par Conflans-Saint-Honorine. Le passage est un peu pénible à cause de la circulation et de la ville, nous aurons le même problème à l’arrivée dans Mantes-la-Jolie. La pluie cesse et le vent est comme annoncé, léger. Nous roulons bien, à rythme régulier sans se crever.

La D55A puis la D55 traverse Jouy-le-Moutier pour nous amener au pied de la première difficulté du jour. Un raidard à 11% maximum avec une moyenne à 8-9%, je pense. 34 dents devant et 25 derrière pour monter en danseuse tranquillement, tout en gestion la Team GS… Une fois n’est pas coutume!

Nous avançons en terrain connu. Vauréal puis D922 vers Boisemont où une autre pente nous attend, plus courte et un peu moins intense.

A ce moment du parcours, le moral est bon car nous avons l’impression d’effectuer une bonne gestion de l’effort depuis le départ.

28_03_2015_3Nous sommes sur le plateau qui domine la Seine sur une route qui sert de délimitation à deux départements: à gauche de la route, les Yvelines et à droite, le Val d’Oise.

C’est un plateau en faux-plat légèrement descendant mais nous n’accélérons pas car nous sommes toujours en phase de montée en puissance. Puis nous ne sommes qu’au 30ème kilomètre, quand même.

Descente sur Meulan

A partir d’Evecquemont, c’est un plaisir. Descente sur quasiment 5 kilomètres qui sera prise « safe » sans attaquer les virages car la route est humide et il faudrait éviter de se prendre une gamelle.

28_03_2015_4Nous attaquons une nouvelle partie du parcours pas forcément intéressante car avec beaucoup de circulation. La traversée de Meulan, Hardricout, Mézey-sur-Seine et Juziers pour arriver à Limay est faite d’une longue route en ligne droite où les voitures vous doublent à tout berzingue en faisant fi de votre présence.

Arrivés dans Limay, première frayeur… Au carrefour pour reprendre la D983, François, télécommande de la GoPro en main pour l’éteindre, a du mal à freiner au stop tandis qu’un voiture arrive à fond à gauche. Il s’arrête in extremis… Ouf…

Limay et Mantes-la-Jolie offre de beaux monuments mais une circulation dense et chargée avec son lot de voitures qui changent de direction sans clignotant où à cause de ça, on se fait une deuxième frayeur… Celle-là sera pour moi. Un feu passe au vert, nous redémarrons, François passe devant. Je prend sa roue mais la voiture sur ma gauche, sans clignotant, me coupe la route, m’obligeant à prendre la mauvaise route. Ce « monsieur » et bien, il se fera copieusement engueuler… Il ne met pas son clignotant mais en plus il n’est pas content… Normal, c’est toujours de la faute au cyclistes, non?

28_03_2015_5A la sortie de Mantes, nous sommes au 50ème kilomètre, le premier tiers vient d’être fait.

Récapitulatif: 50km en 2:14 soit 22,3 km/h de moyenne. Tout en douceur quoi!

Nous prenons la D113 pour gagner Rolleboise, magnifique village situé sur les bords de Seine. Tout va bien, le soleil nous gratifie même de ses rayons bienfaisants et réconfortants. Il nous permet surtout de nous sécher un peu les pieds. Tout va bien sauf que Garmin ne nous averti pas assez tôt du changement de direction et nous entamons un raidard. François arrive à faire demi-tour maispour ma part, je suis obligé de le monter pour faire demi-tour en sécurité.

2015_03_28-Iphone-19

Le Graal de cette sortie

Erreur vite corrigée. Nous longeons alors la Seine, passons par Méricourt puis Mousseaux-sur-Seine et enfin, Lavacourt. Selfie devant le panneau avant d’entrer dans le village.

Il faut également dire que le vent s’est levé de façon significative et on le ressent.

Allez hop, pas grave. Deuxième selfie devant la maison de campagne d’un de nos amis puis casse-dalle rapide avant de repartir.

Il faut savoir que lorsqu’on est à Lavacourt, il faut rejoindre Bonnières sur Seine pour trouver le premier pont qui nous permettra de traverser et de repartir vers chez nous. Ce sera donc 10-15km avec un vent de face et fortes rafales pour pouvoir passer la Seine. Le moral est bon mais le vent nous use un peu, la satisfaction est de savoir qu’après, nous l’aurons dans le dos…

28_03_2015_8Nous roulons sur la D100 qui nous conduit vers La Roche-Guyon et la deuxième difficulté du jour: la Route des Crêtes. Cette portion sera vite avalée à une vitesse constante aux alentours des 27-28km/h. En discutant en même temps, s’il vous plaît.

« Attaque de Laurent Jalabert »… Enfin non pas du tout, nous continuons dans la gestion de l’effort. La route des crêtes nous impose un braquet spécial grimpette et en danseuse sur les premiers mètres. Au final, elle se passe bien avec ses portions à 8% bien qu’elle grimpe encore après le dernier virage sauf que maintenant nous reprenons le vent dans le dos.

28_03_2015_9

Nous roulons à bonne allure (26-27km/h) même si François arrive à tempérer mes ardeurs et je l’en remercie car cela m’a permis de ne pas me « cramer ».

Les sensations sont bonnes et le moral est toujours de même et en plus… nous prenons du plaisir.

Les 100 kilomètres sont atteints entre Villers-en-Arthies et Arthies.

Ca enquille à mort...

Ca enquille à mort…

Sur ce second tiers du parcours, nous aurons mis 2:09 pour parcourir 50km soit une vitesse moyenne de 23km/h et des brouettes. Ce qui prouve que notre gestion du parcours est plutôt bonne, ça roule régulier et même si on a peu mal aux fessiers et aux guiboles, ça reste convenable.

Allez, on attaque le dernier tiers du parcours sur des routes connues et reconnues. Arthies puis Wy-dit-Joli-Village et Gadancourt avec son superbe château puis Avernes. Le roulage est bon et psychologiquement nous savons que nous allons attaquer la troisième difficulté du jour: la montée de Vigny qui nous mènera jusqu’à la D14. Pourcentage moyenne à 7%, nous la montons en décontraction et elle est vraiment très vite avalée.

La partie suivante est une partie de plaisir. Vigny-Us, 4 kilomètres, couvert à 38 km/h de moyenne… C’est vous dire qu’on en avait encore sous la pédale, comme on dit.

Ableiges est vite accroché ainsi que Boisy-L’Ailerie qui nous donne la quatrième difficulté avec un pourcentage moyen de 7%.

Ca roule fort entre Boisy et Génicourt puis encore entre Livilliers et Hérouville.

A ce moment précis, François me demande: « Tu es capable d’accélérer, toi? Car moi je ne sais pas trop ». Je répond par l’affirmative et arrivés devant les Vignes Rouges, le restaurant, il se met à donner tout ce qu’il a. Ca enroule fort contre le vent, 34-35km/h.

28_03_2015_17La descente vers Auver-sur-oise est faite en attaque car la route est sèche et nous sommes vite arrivés sur les bords de l’Oise.

Nous nous apprêtons à attaquer la dernière difficulté du jour: la côte de Méry-sur-Oise. Donnée importante: au pied de cette côte nous sommes à 24,1km/h de moyenne. Elle nous sèchera les jambes mais nous ne perdrons que 0,1km/h de moyenne en haut.

Le retour se fera à bloc en doublant pas mal de cyclos qui devaient se demander « quels étaient ces tabanards » qui roulaient comme des déglingués.

Arrivés à la maison, nous aurons bouclés, fatigués mais heureux, 152,3km en 6h18 soit une vitesse moyenne de 24,1km/h.

2015_03_28-Iphone-40

Les 200m d’écart, c’est la montée que j’ai pris en rab…

Objectif 150km en une sortie: Check… Heureux les gars…

Cadeau Bonus

Tracé du parcours (150km)

Précédent

22/03/2015 – La Seine-et-Marne, ça vous gagne!

Suivant

12/04/2015 – Ballade en Pays de Thelle

14 Commentaires

  1. BRAVOOOO les gars ! Voilà une sacrée dynamique d’enclenchée, maintenant plus rien ne peux vous arrêter. J’adore votre pratique, en déconnade, mais aussi très sérieuse à la fois: prise d’informations, préparation physique et mentale, tracé de circuit avec un ‘objectif’ au bout (en l’occurence, se prendre en selfie devant la maison d’un pote), et REALISATION du projet.
    Maintenant que vous avez fait tomber la barre des 150, quels projets? Attention, bien sur, comme tout projet mené à bien, il va y avoir des jours d’euphorie (‘maintenant on arrive à faire des trucs de oufffff’) tout comme des déceptions (‘je pige pas, on a fait 150 pitons la semaine passée, et là à 80km je suis dejà mort’). Mais c’est aussi cette remise en question perpétuelle qui rend la pratique intéressante.
    Bref, seuls deux mots résument votre exploit:
    « allllllez Richaaaaard » 😉

    • FG

      Merci Baptiste 🙂 En effet, on a franchi la barre des 150km et d’ailleurs, par sms ce matin, François me disait « C’est quand même super d’avoir fait 150km! ». Je confirme, c’est génial. Effectivement, il y a une partie d’euphorie même si, tous les deux (mais François pourra te détailler mieux que moi sa forme physique du lendemain!), on était rincés hier soir. Rincés mais heureux.
      Je pense que la déconne sur le vélo, elle est nécessaire pour que ça te paraisse moins long et que tu penses à autre chose. Tu sais sur la partie entre Lavacourt et Bonnières sur Seine, vent de face, bah y’a pas eu un mot de prononcé. On était concentré à rouler, tête dans le guidon. A ce moment-là, la déconne, c’était pour après et ça nous a permis de ne pas nous cramer 🙂
      Quels projets pour la suite? Bah franchement, on en a quelques uns en tête. Allez en vrac: rejoindre la Manche (Le Tréport – 160km), monter la Planche des Belles Filles ou le Grand Ballon d’Alsace. François voulait aussi se refaire le Puy Mary et cette fois je pense que j’irai avec lui. Bref, plein de belles choses en perspectives.

      Au fait j’attends avec impatience le CR de ton BRM de ce dimanche. C’était combien 300Km, non?

  2. Bravo les gars, sans distance intermédiaire entre les 100 et les 150, je me demandais si vous n’alliez pas en suer plus, mais vous avez bien géré.
    Pour vous aussi le 200 se rapproche 🙂

    Peut-être Frépillon-Gerberoy le 2 mai ? pour ma part j’y songe… va falloir que je négocie avec ma compagne 🙂 Mais ce serait un beau challenge, surtout que 10 bosses à l’aller et 7 au retour….

    • FG

      Hello Gérard. Merci beaucoup. J’avoue que je ne pensais pas qu’on gèrerait la chose de cette façon. Pour moi, quand sur les deux tiers du parcours, la moyenne tournait aux alentours de 23km/h, je me disais que c’était vraiment pas mal pour notre première « longue distance » et au final, quand à l’arrivée, je lis 24,1km/h, je me suis demandé ce qu’il s’était passé. hahahaha 🙂

      Frépillon-Gerberoy c’est une belle cyclo aussi. Faudrait qu’on se penche dessus effectivement, mais je pense que pour le coup, il faudrait faire quelques distances intermédiaire entre le 150 et le 200 lol 😀

      Au fait, Gérard si un jour tu veux te faire un petit parcours avec nous dans les 80-100km, c’est avec plaisir 😉

  3. franco

    ben voilà fallait pas en faire toute une histoire les copains,,
    non je déconne ,ne changez rien ,restez comme vous êtes ,ne vous prenez pas au sérieux ,la pratique du vélo comme ça j’adhère 100%
    des petits paliers comme ça que l’on gravis marches par marches c’est génial ne soyez pas trop pressé d’arriver en haut de l’échelle car une fois la haut ben tu redescend ,
    bon un petit resto pour fêter ça (avec un petit chablis)…
    felicitation les gars ….
    et bonne suite!!

    • FG

      Salut Franco. Merci beaucoup… 🙂 La déconne, elle sera toujours présente chez nous car avant tout, c’est pour s’amuser qu’on roule. Ceci dit, c’est vrai que procéder par palier, ça nous permet de voir la progression ou la dé-progression hahahaha.

      Alors ce soir, ce sera touraine au lieu du chablis et avec un bon carpaccio de boeif car il faut recomposer les muscles avec des protéines hihihi 🙂
      Bonne soirée mon Franco.

  4. Bravo, belle réussite
    Pour le reste pas mieux que les précédents messages
    à part peut être la partie moral, où ça peut arriver qu’il ne soit plus présent et qu’il faut quand même rentrer…
    Là, vous semblez avoir bien gérer la chose 🙂 et à 2, ça passe aussi plus facilement !

    • FG

      Merci Alex 🙂
      On avance petit peu par petit peu mais ça progresse et ça, c’est vraiment bien.
      Tu as raison, il y a des sorties où le moral ne sera plus là, c’est dur et comme tu le dis, il faut rentrer à la maison. Sur ce parcours, on a toujours eu le moral et François m’a vraiment bien aidé à réguler mes ardeurs qui auraient pu m’être fatales. Je l’avoue avec beaucoup de sincérité.
      Bonne route à toi 😉

  5. franco

    ben alors avec ce soleil pas de sorties ce WE
    Nous c’était organisation de la rando des coteaux avec mon club de tullins pratiquement 1000 participants franc succés
    puis pour fêter ça dimanche sortie club une dizaine de potes pour faire 130kms pour 1885md+ ,bon je sent que le CR du team GS arrive je laisse la place….

    • FG

      Hello mon Franco. Si si on est sortie sur 100 km. J’ai commencé à rédiger le compte rendu mais j’ai pas pu finir car j’ai un emploi du temps pro chargé mais promis ça arrive 😉

  6. bravo ! quand on passe les 150 on peut faire 200 ! après je ne sais pas je me suis arrêté là et ça me va bien, sinon faut se lever trop tôt pour 300 et rouler la nuit pour 400, chacun son truc.Ma limite du plaisir c’est 200 pour moi, vous en êtes proche!

    • FG

      Merci Eric… Je pense que tu as raison. Une fois passer 150km on peu aller plus mais c’est comme tout on a tous nos limites: distances, patience, etc… La prochaine étapes ne sera pas forcément plus longue (environ 160km) mais elle aura l’avantage de ne pas faire une boucle, ce sera un parcours avec une arrivée différente du départ. Ca nous changera un peu.
      Le sport par définition, c’est quelque chose qui doit te plaire. Si tu ne te fais pas plaisir ou si tu es « borderline » alors c’est que l’activité ne te correspond pas. En ça je te rejoins. Chacun peut ne pas sentir les longues distances, il faut alors savoir rester à sa distance max. En revanche, j’admire ceux qui arrive à faire autant de distance 🙂

  7. Une bonne distance déjà un 150 km (à part pour les amateurs de longue ou ultra distance) mais je pense que l’on peut se faire plaisir et ne pas saturer avec 150 pitons. Pas mal le site de sur la météo agricole, je ne connaissais pas et je mets le lien en favori.

    • FG

      Bonjour Gil. Merci de ta visite sur notre blog. 150km c’est, pour le moment, notre plus longue distance et c’est sûr que pour certains bloggeurs que l’on connait bien ça fait « petit » mais nous essayons de progresser tranquillement en nous mettant des objectifs à notre niveau 🙂 et nous ne désespérons pas attaquer un jour le 200 pitons. Ca serait vraiment top.
      La météo agricole est un petit peu plus précise que les autres sites comme la chaine météo et Météo France.
      Dis moi Gil, par la même occasion, est-ce que nous pouvons ajouter un lien vers ton blog?

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén