10/09/2016 – La Ronde Picarde (Grand Trophée)

132,3 km – 4:43:22 – 28km/h de moyenne – 934m D+
(vidéo en fin d’article)

dsc01606Ouh la la, ce fut un périple que cette Ronde Picarde!

Cette cyclosportive chronométrée, comptant pour le Grand Trophée 2016, nous faisait de l’oeil. En effet, nous souhaitions avec François, nous mesurer à un chrono, histoire de voir ce que l’on vaut…

Alors! La Ronde Picarde, comment ça marche!

Vous prenez une ville de départ (Abbeville), vous y tracez une beeeelle boucle de « 128 km » (en réalité 132) qui longe une grande partie la magnifique Baie de Somme, vous y adjoignez une organisation impeccable par notre hôte Henri Sannier et vous y saupoudrez un peu de vent… Et voilà!

Pourquoi avoir jeté son dévolu sur celle-ci et pas une autre? C’est simple: Abbeville est à 1h30 de route de chez nous, c’est à peu près plat et l’organisation est top. Bref, tout est réuni pour passer un bon moment de cyclisme…

Mais! François sort d’un lumbago aigu et moi, depuis quelques jours, je ne suis pas en grande forme… Nausée, maux de ventre, etc…

On verra bien sur place.

François nous a dégotté pour l’occasion une chambre chez l’habitant dans le centre d’Abbeville. Résultat: on est à 1,4km du départ donc pas de stress pour samedi matin. Et ça, c’est cool!

Nous prenons la route vendredi en fin d’après-midi pour avoir le temps de récupérer nos dossards et plaques de cadre tranquillement sans avoir à se presser le matin de la course et à notre grand étonnement, il n’y a pas grand monde au retrait ce qui a pour conséquence d’aller très vite puis nous reprenons la voiture, direction l’hébergement.

Après avoir pris contact avec notre « logeur », hop, quelques courses histoire de pouvoir manger le soir puis direction le centre d’Abbeville pour boire une petite bière entre pote et parler de tout et de rien! Et oui, ça fait du bien de prendre le temps aussi…

Avance rapide jusqu’au réveil.

6h00.

François est déjà réveillé et moi aussi. Bon! Ca tombe bien…

On enfile nos cuissards et prenons les affaires pour le petit-dej. Il fait encore noir dehors et il fait frais mais le ciel est clair, on aura droit à une belle journée.

Une fois le repas pris, nous filons jusqu’au départ pour nous insérer dans le sas. Il y a un monde, mais un monde: des français, des anglais, des flamands, des néerlandais,… On peut dire qu’elle en ramène du monde, la Ronde Picarde.

On patiente, on est un peut serré comme des sardines… PAN! Le départ est donné! C’est chaotique… On essaye de ne pas se prendre la roue avant dans l’attache du gars de devant puis on passe sous le portique de chronométrage et je déclenche mon chrono Garmin.

dsc01606

A peine parti, il y a déjà un bourrin qui nous double en montant sur les trottoirs. Il faut faire gaffe à la chute (et à ce sujet, il y en aura pas mal durant tout le parcours et parfois même assez grave!).

Avec François, on mouline, on essaye de dérouler pour ce chauffer mais ça roule vite quand même. Le rythme est mis, on se fait doubler à gauche, à droite. Pas d’importance, on rattrapera sûrement dans les montées.

A une dizaine de kilomètre du départ, première difficulté. Une épingle à gauche et hop, dans le dur, on prend 12% en instantané. Soleil en pleine poire, avec François, on monte. Et on monte en doublant pas mal d’autre cyclos.

Une fois en haut, c’est bon, on est chauuuud…

Ca roule encore pas mal du tout sur le plateau. Avec la vitesse ça égrène plein de petits villages:  Limeux, Huppy, Doudelainville… Et les routes serpentent entre les champs et on en prend plein les mirettes.

dsc01610

C’est après Oisemont, après 45km de roulés, que je ressens des douleurs dans les cuisses. Vous connaissez, l’effet jambes qui ne tournent pas… Et bien, c’est exactement ça.

En gros, sur le plat, je déroule correctement mais dès que la pente commence à s’accentuer, je souffre et je me fais distancer par François qui, lui, est très costaud aujourd’hui. Bravo Binôme!

La portion entre Bouillancourt-en-Séry et Ault est très roulante. Si roulante que François appuie sur le champignon et passe la surmultipliée: 44km/h au compteur.

Quant à moi, bah je suis… Mais j’avoue que je pense que le retour va être très compliqué.

dsc01613

Arrivés à Ault, deuxième grosse difficulté: la montée de la Rue de Saint-Valéry.

Il faut s’imaginer le truc. Vous êtes dans une grosse descente bien roulante puis vous arrivez sur le front de mer. Tout au bout, une seule solution, un virage à 90° à droite et là, BIM! Un mur de 300m de long à 10-12% avec bien entendu, le photographe qui vous prend en plein effort.

François fidèle à cette journée, monte fort et bien tandis que moi, je lutte et arrivé en haut, les jambes sont totalement tétanisées.

Bonne nouvelle, il ne reste que 57km…

img_5572

A ce moment, la route longe quasiment la mer jusqu’au Hourdel, point de ravitaillement.

François, très sympa, me traîne derrière lui. Mais s’il n’y a avait que moi! Il traîne littéralement une caravane derrière nous.

dsc01617

A cet endroit, on passe dans la lande entre les dunes et il faut faire attention entre les vélos qui se promènent en famille et le sable qui recouvre une partie de la route.

90ème km, Le Hourdel, Ravitaillement!

François ne veut pas s’arrêter longtemps mais pour ma part, je suis obligé de faire une pause orange/banane + eau. Au total, on s’arrêtera 3 minutes puis nous repartirons sur la D3 avec un nouveau compagnon, le vent de face. Il ne manquait plus que ça.

Nous repartons direction Eaucourt-sur-Somme, notre terminus via la D3 qui longe la Baie de Somme.

Nous sommes un petit groupe d’environ 10 cyclos et François marque le rythme, il essaye même de tenter un truc au niveau des relais mais personne ne souhaite relayer. Quelle bêtise! On se serait tous moins fatigués. Enfin!

Les jambes sont lourdes et tirent, j’ai l’impression d’avoir deux cannes en bois à la place mais je roule. Sur le plat, c’est à peu près bon mais à la moindre montée, je lutte.

Allez, il reste une vingtaine de kilomètre avant l’arrivée, qui sera, je le sais, magique donc je sers les dents et le Binôme me traîne. Heureusement qu’il est là.

dsc01621

Nous passons Mareuil-Caubert puis rejoignons un bout de route que nous avons pris à l’aller. Allez! 5 kilomètres!

A ce moment là, je donne tout ce que j’ai, tout ce que j’ai jamais eu et tout ce que je n’aurais jamais! Je force, remonte à la hauteur de François, on double une série de cyclos…

Un coup de sifflet pour annoncer notre arrivée… Un dernier virage à gauche… Une relance fulgurante… Et c’est la ligne… Whaouuuuu, c’est fini…

On stoppe les chronos puis on fait le point rapide: le GPS donne 132km à 28km en 4:43:22, on est au-dessus des 27km/h de moyenne fixés initialement. On l’a fait!

Bon, maintenant, direction la récupération du repas qui se limitera à carottes râpées, pâtes bolonaises, fromage et compote. Frugal mais ça requinque ses Hommes. Puis, c’est l’heure de pointer au chrono pour recevoir notre diplôme.

Qu’elle n’est pas notre surprise de voir que nous avons le diplôme d’argent avec une moyenne de 26,82km/h et 4:46:22… Il y a une grosse différence avec le compteur mais on trouve pourquoi: ils se sont basés sur la distance  « théorique »  de 128km et non la réelle de 132km. Allez, c’est pas grave.

img_5574

TLS, France 3 à 20h 😉

Un petit coucou à Henri Sannier de l’émission Tout le Sport sur France 3 qui est l’organisateur depuis plus de 20 ans de cette superbe épreuve et nous repartons direction Abbeville afin de charger la voiture et rentrer à la maison, la tête pleine de rigolade, un beau T-Shirt et des coups de soleil.

POINTS POSITIFS

– Les carrefours neutralisés par la Gendarmerie tout le long du parcours
– Une organisation professionnelle
– Des bénévoles au top
– Un parcours pas forcément exigent mais avec quelques difficultés bien placées

POINTS A REVOIR

– Le repas qui ne correspond pas forcément aux besoins nutritionnels en fin d’effort (par exemple, la sauce tomate est difficile à digérer après un long effort)

Tracé du parcours

Précédent

19/07/2016 – Col des Saisies via Megève

Suivant

16/10/2016 – Le Toboggan Meudonnais 2016

10 Commentaires

  1. Champion la TGS… On se fait, comme ça sans rien dire, une petite cyclo à 28 de moyenne… Et en plus on joue les reporters.
    J’y crois qu’à moitié aux jambes lourdes, vous êtes comme Baptiste, quand ça va pas, vous envoyez… bravo les gars.

    j’imagine le stress au départ quand ça double de tout les côtés avec des niveaux assez disparates à voir les différences de vitesse…

    • FG

      Hello Gérard. Merciiiii beaucoup 🙂 Oui on a fait ça en douce LOL pour les jambes lourdes, je t’assure que c’est vrai j’ai fini au moral tellement j’avais mal… Pour ce qui est du départ, on a fait super attention car la chute est vite arrivée surtout quand il y a du maboul qui double de tous les côtés 😉

  2. Yessss… c’était le calme plat sur le blog, mais là, keske vous sorteeeeeeez ! Wahou ! Bravo à tous les deux. 132 pitons bouffés à 28km/h, ça envoie du paté. Et ça ramène du cyclo à la maison, dans la caravane derrière vous… faut croire que vos relais étaient costauds et réguliers (soit dit en passant, exactement ce qu’un bon relais doit être !). Ben voilà quoi, alors maintenant, après cette saison 2016 pas encore finie, mais bien entamée, où vous vous lanciez de nouveaux défis, on peut dire qu’il y a eu une sacrée marche de franchie !
    Et je remarque aussi qu’à chaque fois que vous allez voir la mer en vélo, c’est sur de la grosse sortie…. de la sortie un peu ‘historique’, du genre de celles qui marquent et qu’on n’est pas près d’oublier 🙂

    • FG

      Hello Baptiste 🙂
      Oui c’était le calme plat car entre le boulot et la maison qui se monte c’est peu compliqué LOL
      François a eu une grosse forme ce jour-là. Pour ma part c’était pas ça mais je suis content d’avoir pu fournir l’effort même au moral… On doit toujours tirer un truc positif quand on a un coup de moins bien.
      Et puis on s’est bien marré 😉
      Je pense que la dernière grosse sortie de l’année sera en octobre au Toboggan Meudonnais (comme l’année passée) après, pour moi, ce sera bricolage et décoration de la maison 😉

  3. J’ai pris du retard dans la lecture 😉
    Encore une belle cyclo avec une moyenne hallucinante.
    Prochain objectif ?

    • FG

      Hello Léna 🙂
      Pas de soucis pour le retard, le blog est là pour que tu puisses le lire à ton rythme 😉
      Et bien prochain objectif, ce sera surtout les travaux de la maison mais on va essayer de s’inscrire sur le Toboggan Meudonnais, histoire de langer quelques huîtres hahahaha.
      Sinon ce sera surtout CaP pour moi car j’ai eu une réponse positive pour la réserve militaire et il va falloir dérouiller les jambes lol 😉

  4. franco

    he he
    ma curiosité et surtout pour voir où vous en étiez ,côté vélo me pousse a revenir lire une page de ce blog et surtout passer un petit coucou a 2 potos que j’ai délaissé et je m’en excuse ..
    et là OUPS je mesure le chemin parcouru,,doucement simplement sans trompettes ni tambours ,tout ce que j’aime dans ce monde de je me la pette ,

    le vélo plaisir uniquement, même si ça pique les jambes ,et heureusement dailleurs ,c’est ce qui marquent la progression ,et tous les cas je suis heureux de lire que le binôme fonctionne encore a merveille ,même si sur ce coup là François a mené la barque ,mais^ça aussi çà fait partie du vélo ,un coup bien ,un coup moins bien ,quoique là ,même avec une (petite) santé ,fallait réussir a rester dans les roues et tu l’a bien fait
    bravo a vous 2 et bonne continuation ,promis je reviendrais vous lire..

    • FG

      Mon Francoooooo 😀

      Ca me fait hyper plaisir de te le lire 🙂 Pas de soucis pour ton absence, je te suis sur ton Facebook maintenant.

      Oui, on progresse lentement mais sûrement hahahah mais bon, bientôt arrive la réception de notre maison toute neuve et l’entrainement se fera plutôt niveau des bras (et oui, la peinture ça fait travailler les biceps 🙂 )…

      On a encore plein d’autre objectif pour la saison prochaine et puis l’entrainement sera pour moi plus important que jamais puisque j’ai demandé à signer un engagement dans la Réserve chez les Chasseurs Alpins d’Annecy 😉

      Je te rejoins sur les « je me la pète »… Moi aussi par moment, je trouve cela gonflant alors on roule tranquille avec notre bonne humeur et celui qui le souhaite peut se raccrocher à nous pour passer un bon moment 😉

      Allez à très vite

      • franco

        bon ben peut être est tu en train de peindre
        où alors tu crapahute avec ton régiment de chasseurs alpins
        en tous cas je te félicite pour ton engagement dans la réserve
        je peut dormir sur mes 2 oreilles
        a bientôt

        • FG

          Hello Franco 🙂

          Bah non pas encore de peinture car ils sont à la bourre (comme d’hab dans la construction!) et pour la crapahute, pas encore non plus car je passe ma visite médicale le 07 nov… Normalement, ça devrait être tout bon et mon dossier est chaud près à partir pour la signature du contrat 😉

          En tout cas merci pour tes encouragements, ça me fait extrêmement plaisir 🙂

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén