Quelle route???Une fois n’est pas coutume, nous avons décidé de ne pas partir de chez l’un de nous deux mais de prendre notre fidèle « El Dobloche » pour nous emmener vers des contrées plus lointaines.

Le choix s’est porté sur le village d’Avernes, situé aux confins du Val d’Oise, à 30 minutes de route de chez nous.

Pourquoi un départ si lointain? Tout simplement car, par chez nous, il nous faut parcourir un bon nombre de kilomètres afin de ne plus avoir trop de circulation et en faisant ainsi, nous nous épargnons cette circulation si pénible.

Et puis en plus, ça change toute la physionomie de la journée: El Dobloche Intérieurpréparation, chargement d’El Dobloche, arrivée sur zone, mise en place, etc… autant de choses qui changent le train-train et les habitudes.

Pour cette sortie, nous passerons par trois départements différents: Val d’Oise, Yvelines et Eure, ça aussi, ça nous change.

Il est convenu que François vienne me chercher à 11h30 ce dimanche pour que l’on puisse faire un départ vers 12h-12h15 tranquille.

11h30, il est là, on charge mon vélo dans « El Dobloche », membre à part entière de la Team GS, mon sac et hop, nous y voilà, sur la route. Il fait beau, gros soleil, bref c’est une bonne journée et on va prendre notre pied sur le vélo. Les températures sont fraîches mais pas glacées, encore un bon point.

Petit cadeau: la thermos de café qui nous fait du bien sur le trajet…

Une fois arrivé sur la CZ (« Cycling Zone »), on se prépare: sur-chaussures, gants, casques, GPS,… C’est bon on peut y aller.

 

On part tranquillement sur la D43 en direction de Fremainville puis on bifurque sur la droite sur la D81 au bout de quelques centaines de mètres. On a le vent en pleine poire, rafale à 25-30 km/h, ça tire un peu sur les jambes. Cette rue porte bien son nom: Rue d’Enfer.

On prend à gauche sur la D205 vers Lainville-en-Vexin après quelques kilomètres, ça monte un peu, on travaille en souplesse, faut pas se cramer, il y a quand même beaucoup de vent.

On roule environ 2km, et là, crac, la surprise de taille: un raidard court mais… pentu. Tout à gauche, ça tire, ça fait un peu mal. Je regarde le Garmin et je vois: « 8%, 9%, 10%, 11%, 12%, 13% ». On se regarde, et on se dit: « Punaise le départ, y fait mal quand même ». On apprendra plus tard que la rue s’appelle la Rue des Bonnes Joies… C’est clair, c’est la joie…

Deuxième grosse surprise, juste après. Une autre raidard mais qui passe vite à 10% et qui culminera à 16%. Pas de bol quand même.

On est arrivé le sur un plateau en faux plat montant, on roule sur la D913. Vent de face, toujours et encore mais on résiste et ça passe. Après 6km environ, on amorce la belle descente sur Vétheuil. Soleil, la nature est parée de belles couleurs, la route est sèche et on se fait plaisir à rouler à 50km/h en prenant de belles trajectoires dans les courbes.

Le relais y'a que ça de vraiOn poursuit sur la D913 le long de la Seine, on passe devant le château de la Roche-Guyon puis on continue sur la route tout droit, pour passer à nouveau dans les Yvelines.

Le vent est toujours de face et la moyenne est catastrophique: 21km/h

Bennecourt, Villez puis on tourne à droite sur la D200 vers Gommecourt. Miracle, ça y est, on a le vent dans le dos alors s’amorce une partie de relais entre nous deux on roule entre 30 et 36 km/h, la moyenne remonte et le moral aussi car le début était un peu chaotique même si on était bien physiquement… Toujours tout droit puis à Bray-et-Lû, virage à droite sur la D142 jusqu’à Chaussy où une belle montée comme on les aime nous attend. Un pourcentage moyen à 6%, on monte tranquillement mais sûrement, c’est sympa…

D171, une grosse descente à 62km/h pour celle là, on s’amuse encore, ça fait du bien de rouler sur de belles routes et au soleil, en plus.

Puis l’enchainement D147 / D159 est une peu plus lourd avec le vent qui nous est revenu en plein face. On traverse Wy-dit-Joli-Village, on passe devant le musée Archéologique du Vexin puis on coupe la D14 pour la longer…

Les prochains kilomètres ne sont que du bonheur, on prend des relais courts mais intense, on roule sur le plats à 41-42 km/h, c’est top.

Mais quand c’est top, y’a forcément un moment où ça l’est moins La Team au completensuite… Et les 5 derniers kilomètres seront très durs: vent de face, montée à 2%, bref usant.

On va prendre notre temps pour changer les chaussettes, nous étirer, etc… Une bande de gamins à vélo qui vont arriver sur la parking parlent entre eux et j’entends: « Wah, t’as vu dis. Ils sont vachement équipés, ça doit être des pros ». J’avoue c’est bon pour l’égo mais nous ne sommes pas des pros du tout…

On fermera donc la boucle de 83,830km en 3:25:05 soit une moyenne de 24,8km/h, ce qui n’est pas si mal vu le vent en pleine tronche…

Profil altimétrique et Tracé du parcours:

Et la vidéo qui va avec: